Avez-vous déjà eu l’impression de ne pas être à votre place ? Que votre patron ou vos collègues allaient finalement se rendre compte que vous n’êtes pas le collaborateur performant qu’ils croyaient que vous étiez ? Que vos succès, en particulier dans le travail, n’étaient pas mérités ? Est-ce que, lorsque vous êtes augmenté, ou que vous obtenez une promotion, vous savourez pleinement votre réussite ? Ou bien ce succès est-il accompagné de la crainte que bientôt, vous allez être démasqué et que tout le monde va s’apercevoir que vous avez tout simplement eu de la chance, ou que vous êtes arrivé jusque-là par erreur ? Cela vous parle ? VousEn lire plus

Comment lâcher-prise sur le passé ? S’accrocher à son passé est le meilleur moyen de s’empêcher d’atteindre ses objectifs. Qu’il s’agisse de cette vieille rancoeur à l’égard d’un ami, pour une raison dont probablement vous ne vous souvenez plus clairement, ou de garder ces souvenirs d’une relation toxique ou d’une expérience négative, qui tournent en boucle dans votre esprit…nous le faisons tous. Mais… pourquoi le faisons-nous ? Nous aimons nous accrocher aux choses, aux situations ou aux circonstances parce que, d’une certaine façon, c’est rassurant. Il y a du réconfort dans ces choses ou ces situations qui nous sont connues, dans leur familiarité. Même lorsqu’elles ontEn lire plus

Programme anxiété hypnocoach

L’anxiété liée à la santé : de quoi s’agit-il ? L‘anxiété liée à la santé consiste à focaliser son attention sur les conséquences catastrophiques d’une sensation physique inattendue, ou d’une situation liée à la santé (par exemple : « Si j’ai mal à la poitrine, j’ai un problème cardiaque », « Si mes taux sont élevés, je risque d’en mourir »). Contrairement à la panique, les conséquences redoutées ne sont pas immédiates. En effet, la panique est caractérisée par une catastrophe imminente, alors que l’anxiété liée à la santé est caractérisée par une éventuelle catastrophe. Elle s’accompagne souvent de comportements de réassurance, comme la vérification, la recherche de réconfort, la collecteEn lire plus

Depuis la première fois où le chercheur Hans Selye a emprunté, en 1936, un terme à l’ingénierie pour désigner ce qu’il observait chez les rats sur lesquels il expérimentait à Montréal, le stress n’a cessé de prendre une place de plus en plus grande dans la vie des gens. Désormais considéré comme le fléau des temps modernes, les étudiants à la maîtrise et au doctorat n’échappent pas à son emprise. Pour aider les étudiants aux cycles supérieurs à mieux gérer leur stress, Étienne Hébert, professeur en psychologie de l’Université du Québec à Chicoutimi, a animé un atelier dans le cadre des Journées de la relève en rechercheEn lire plus