Apprendre à dire non et bien le vivre

Dire non vous paraît au-dessus de vos forces ? Essayez-vous toujours d’être gentil avec les autres, ou de faire plaisir, à votre détriment ? Vous n’êtes pas seuls !

Une histoire qui ressemble à la vôtre

J’ai récemment suivi une jeune femme qui ne parvenait pas à dire non parce qu’elle ne voulait pas blesser les autres. Par exemple, à chaque fois qu’on lui demandait de l’aide, elle s’occupait d’abord de ces demandes même si elle avait elle-même beaucoup de choses à faire. Elle a réalisé que ce comportement avait des conséquences néfastes pour elle : cela lui prenait le temps et l’énergie dont elle avait besoin pour elle-même ! Elle avait de moins en moins de temps, et se sentait de plus en plus stressée par la pression permanente de devoir tout accepter, tout prendre en charge, être là pour tout le monde. Pour au final mettre ses propres besoins en attente…Son temps n’était plus le sien, il était finalement géré par ce que les autres voulaient d’elle. Elle se sentait fatiguée, énervée.

Concrètement, savoir dire non, qu’est-ce que cela apporte ?

Que nous montre l’histoire de cette jeune femme ? Que savoir dire non n’est pas juste une « compétence sympa » à acquérir. C’est une compétence nécessaire, vitale, qui vous permet de :

1 – Naviguer dans le monde hyper connecté d’aujourd’hui, où les gens s’attendent à ce que vous soyez toujours là pour accepter toutes leurs demandes.

2 – Créer votre espace personnel. Dire non, c’est définir vos limites afin que les gens sachent quelles sont vos priorités, et les respectent.

3 – Contrôler votre temps. Vous contrôlez ce qui se passe dans vos journées. Vous pilotez vraiment votre vie.

Quelles sont les 6 raisons principales qui nous font dire oui quand on voudrait dire non ? 

1 – La peur d’être impoli. Pour la plupart d’entre nous, nous avons été élevé en pensant que dire «non » est impoli.

2 – Vouloir être agréable. Vous ne voulez pas vous opposer lorsque vous n’êtes pas d’accord. Donc, vous vous conformez aux demandes des autres.

3 – La peur du conflit. Vous avez peur que la personne se fâche si vous refusez ce qu’elle vous demande.

4 – Maintenir à tout prix la relation avec une personne qui prend un « non » comme un signe de rejet ou une attaque personnelle

5 – La peur de perdre des opportunités, en particulier au travail. Vous craignez que dire non ne vous ferme des portes.

6 – Vous voulez aider. Même si cela est à votre détriment.

Mais dire oui à de petites demandes n’est pas si grave. Si ?

Chaque «oui» à une contrepartie : le temps, l’énergie et l’implication dans la demande. Ce coût peut être faible pour chaque petit oui, mais les petits ruisseaux forment les grandes rivières… et plein de tout petits oui finissent par vous éloigner de vos besoins personnels ou de votre objectif.

Posez-vous cette question.  Quels sont vos objectifs ? Quelle est leur importance pour vous? Dire oui à toutes ces demandes, qui peuvent vous paraître parfaitement légitimes, vous rapproche-t-il ou vous éloignera-t-il de ces objectifs ? Cela ne signifie pas que vous deviez tout refuser, bien sûr. Mais qu’être plus conscient de toutes ces choses que vous autorisez à entrer dans VOTRE espace, dans VOTRE temps vous permet d’évaluer ce à quoi vous pouvez dire oui…et le reste !

Voici 6 conseils pour dire « non » 

Il n’y a pas une seule façon de dire non, tout comme il n’existe pas de « meilleure » façon de le faire. Voici 6 conseils que vous pouvez adapter en fonction de la situation, de votre interlocuteur, et de votre objectif…

1 – Ne compliquez pas inutilement les choses

Remercier pour l’invitation, actez la demande et…déclinez-la tout simplement. Inutile de vous sur-justifier, restez direct et fermez la porte. Exemple : « merci, j’adorerais allez prendre un verre jeudi avec toi, mais je ne peux pas cette fois-ci »

2 – Proposez une alternative

Si la demande est très importante pour votre interlocuteur, vous pouvez adoucir votre refus en proposant une alternative, moins coûteuse en temps et en énergie pour vous. Exemple : « je ne peux pas prendre en charge votre demande, mais je connais un excellent professionnel vers lequel je vais vous orienter »

3 – La technique du mini-oui

Lorsque vous ne voulez pas répondre à une demande qui vous paraît trop importante, mais que vous ne voulez pas refuser complètement, vous pouvez utiliser la technique du mini-oui ! Exemple : « je ne peux pas vous rencontrer demain matin dans vos locaux, mais nous pouvons programmer un RDV skype la semaine prochaine »

4 – Différez votre réponse

Cette demande peut être intéressante pour vous, mais vous avez besoin de l’évaluer avant de vous engager. Cette technique vous permet d’éviter de devoir décider immédiatement.  Exemple : « Laissez-moi y réfléchir, et je reviens vers vous sur ce sujet »

5 – Rejetez en bloc !

Lorsque vous identifiez que de nombreuses demandes sur le même thème reviennent très souvent, et qu’elles ne font pas partie de vos besoins ou de vos objectifs…rejetez en bloc ! Rejeter un même motif de demandes prend beaucoup moins de temps que de les examiner une par une….Exemple : « Je ne peux pas prendre de nouveaux projets dans le trimestre à venir, mais si je peux vous apporter mon aide en relisant le projet final, n’hésitez pas. »

6 – Ne répondez pas…

Ne pas répondre est aussi une forme de réponse. Il faut parfois trancher dans le vif et laisser de côté toutes ces demandes. Vous ne pouvez pas tout gérer, ou plutôt vous avez décidé que vous ne vouliez plus tout gérer !

Vous avez maintenant 6 techniques pour vous entraîner à dire non ! Si vous voulez aller plus loin, et apprendre à mieux gérer vos priorités, à être plus assertif, et à réduire concrètement votre niveau de stress, n’hésitez pas à prendre RDV !

Lire aussi

3 conseils pour apprendre à s’affirmer 

Augmenter sa confiance en soi par l’hypnose

Les 10 croyances limitantes les plus répandues

Prendre RDV