Quelques conseils pour mieux aimer Noël

Faites-vous partie de ces gens, nombreux, qui n’aiment pas Noël ?  Voire même, qui redoutent l’arrivée de décembre et sentent leur moral chuter au fur et à mesure que les illuminations, les publicités, les vitrines sont mises en place.

J’ai moi-même une amie, appelons là Céline, qui fait partie, comme vous peut-être donc, de ces gens qui détestent Noël. Ses souvenirs d’enfance sont plutôt mauvais. Noël était l’occasion de disputes plus fréquentes que d’habitude entre ses parents, son environnement familial au sens large était lourd, pénible. Elle se sentait seule, encore plus à cette période de l’année. A la suite de ses expériences de petite fille autour de la période des fêtes, Céline s’est mise à redouter ce moment de l’année, à éviter tout ce qui s’y rapporte : les festivités, les traditions. Bref, tout ce qui, pour les autres, est évocateur de bonheur, de famille, de retrouvailles et de joie.

Cette année, c’est à Céline que je pense en cette période de préparatifs de Noël, et je me dis que je peux peut-être l’aider à mieux vivre ce moment synonyme de tristesse et de mauvais souvenirs.

Voici mes 3 conseils pour Céline :

1 – Décalez-le !

Souvent, en coaching comme en hypnose, j’utilise des techniques de recadrage ou de « rupture de pattern ». Un nom barbare, je suis d’accord avec vous, pour exprimer une idée simple : voir la situation d’un autre point de vue. Imaginez que vous êtes dans une belle maison, au premier étage, sur un palier lumineux sur lequel s’ouvrent une dizaine de fenêtres (oui, c’est une très grande maison !). Vous regardez par la fenêtre se situant le plus à gauche et vous contemplez le paysage qui s’offre à vous. Vous voyez ? Maintenant, déplacez-vous sur ce palier et regardez ce paysage de la fenêtre qui se situe complètement à droite. Ce n’est plus tout à fait le même….

Pour Céline, et pour tous ceux qui ont de mauvais souvenirs liés à Noël et à la période des fêtes en général, utilisez la même technique. Cela peut consister par exemple à déplacer la date de Noël. Chez vous, cette année, Noël sera…le 21 décembre, le jour du solstice d’hiver par exemple ! Cela vous permettra d’éviter les conditionnements, comme disent les psychologues, liés au 25 décembre. Vous pouvez même imaginer de changer les règles de cette fête très codifiée. Pourquoi ne pas en faire une fête de célébration de l’hiver, tout simplement ? et d’une pierre deux coups, vous diminuez aussi votre déprime hivernale !

2 – Exprimez-le !

Pendant cette période de l’année, le code social veut que tout le monde se réjouisse, que tout le monde s’impatiente à l’idée de trouver le meilleur cadeau pour tante Jacqueline, que tout le monde se plonge avec gourmandise dans les recettes de dinde au marron ou de buche aux fruits rouges. La pression est forte pour celles et ceux qui, comme Céline, ne sont pas du tout dans cet état d’esprit de Noël. Alors la tentation est grande de se plier aux normes et de « faire comme tout le monde ». Tout simplement pour ne pas être traité de rabat-joie, pour ne pas être celle ou celui qui se plaint, pour ne pas miner l’ambiance…Alors, Céline et les autres se forcent. A rire. A sourire. Et ils se sentent encore plus seuls et différents.  Mais cette année, vous pouvez expérimenter une autre voie. Car le changement, c’est exactement ça : faire quelque chose de différent de d’habitude, et voir ce que cela donne. Pourquoi ne pas exprimer votre propre état d’esprit ? Cela peut passer par un sobre « je n’aime pas trop cette période », ou par une discussion à cœur ouvert avec vos proches. Cela vous permettra probablement de réaliser que vous êtes loin d’être un cas isolé, comme vous le pensiez peut-être, et d’encourager les autres à s’ouvrir d’un ressenti proche du votre. Et vous permettrez ainsi, par ricochet, à d’autres personnes de se sentir…mois seules et différentes !

3 – Simplifiez-le !

Le côté grandiose que prennent les fêtes de fin d’année est ce qui dérange le plus Céline. Toutes ces publicités, cette pression commerciale qui entoure désormais cette période. Pour Céline, depuis quelques années, c’est une forme de dégoût qui s’est installé. Dépenser tout cet argent, flinguer encore un peu plus la planète, manger des quantités astronomiques et rester des heures et des heures à table…tout cela conforte encore plus son aversion pour Noël. Pourquoi ne pas simplifier tout cela ? Par exemple, en évitant la grosse fête de famille et en décidant d’opter pour un petit diner avec des amis proches, ou même pour un brunch, bon et simple, que vous aurez pris plaisir à préparer avec quelques vieux copains ? Passer simplement du temps ensemble, s’échanger des petites attentions, pour la plupart faites à la main ou choisies tout simplement parce qu’elles vous rappellent de bons souvenirs communs.

Voilà 3 petites idées simples et à la fois qui peuvent tout changer. Avec une pensée particulière pour toutes les Céline qui liront ce billet.

Lire aussi :

Dépression saisonnière : mieux vivre cette période

6 conseils pour apprendre à dire non…et bien le vivre !

Anxiété et troubles anxieux : quand l’inquiétude vous ronge

Pour Noël je voudrais…mieux aimer Noël !
5 (100%) 2 vote[s]